Je n'ai pas le temps !

 


La construction d'un système documentaire de management de la qualité rencontre les meilleurs bonnes volontés et les meilleurs signes de collaboration.
Lorsqu'il s'agit d'appliquer les bonnes résolutions, on entends très vite les phrases du genre:
<< Je n'ai pas le temps ! >>
<< C'est pas ma priorité ! >>


Or nous savons tous, que pour chacun de nous, la priorité ce sont nos petites taches personnelles, permises par nos puissants moyens de communications.
Alors il faut pas non plus cracher dans la soupe: ces mêmes moyens ont aussi permis une augmentation des compétences et de productivité individuelle...


Il est également vrai que le temps a pu être perdu par une réflexion journalière du rôle de chacun, des activités et des résultats à fournir. Il peut être perdu par des désynchronisations de coordination, d'attente de resources, etc...


Cependant, il faut bien se rappeler ces éléments fondamentaux:


1)Il y a un moment où il faut décider d'arrêter d'accuser les autres. Personne n'a de position confortable. Personne !
Cela fait 30 ans que j'entends que le travail des autres est plus facile.
Faux ! Parce que chaque métier est défini pour obtenir le plus possible de chacun.


2)On ne peut pas se sortir à long terme de situations d'urgence et accidentelles sans considérer que la Qualité est toujours la priorité.


3)Les ingénieurs opérationnels sont interviewés lors d'un audit ASPICE, le niveau 1 est acquis sur la base de ces interviews et sur l'observation des preuves (= les Work Products = les résultats). Donc l'entreprise doit savoir rapidement sur qui compter pour ces audits.


4)L'idéal est de faire participer les gens aux définitions de processus. C'est encore possible dans les petites entreprises. Et chacun doit se demander s'il a interêt à y participer ou à laisser filer la définition des processus... Si vous découvrez les processus au dernier moment, vous allez perdre vos repères et vous sentir très mal à l'aise, comme un maillon faible.


Nous ne devrions pas arriver à une situation ou appliquer les processus serait une question de contraintes et d'autorité.
Chacun devrait comprendre l'interêt personnel à court, moyen et long terme qu'il peut retirer de cette organisation.


C'est un sujet de réflexion, qui n'est pas simple; il a un gros facteur humain:
D'un coté, il faut bien reconnaitre que nos sociétés fonctionnent mieux si le niveau de confiance est bon.
D'un autre coté, il faut admettre la défaillance humaine et mettre en oeuvre le cerveau collectif (ou redondance) pour corriger ces défaillances.


Une chose est sure : nous avons les moyens de communication pour réussir !

Sorry , We are too busy!

 

 

 

 

mailto:gerald.mauboussin@free.fr

 


Page crée le 02.02.2020 - - - - - Dernière mise à jour 02.02.2020
Cet article est soumis aux Lois du Copyright.
Seules les sociétés qui m'ont employés ou qui vont m'employer ont le droit de l'utiliser.
.